Editorial

Covid-19 (actualisé)

Dans ce contexte de Covid-19, voyager devient une contrainte au corps supplémentaire.  Car, nul ne peut franchir une frontière aérienne s’il n’est muni du fameux certificat qui atteste qu’il est indemne du virus. L’obtention de ce sésame crée de gros désagréments à certains voyageurs et il convient, une bonne fois pour toutes, d’adresser les problèmes et d’y apporter les solutions.

La délivrance électronique des certificats ne respecte pas souvent les délais et personne n’est responsable de ce dysfonctionnement. Et des préposés au voyage se retrouvent soit à rater leur vol, soit à le reprogrammer et cela engendre deux préjudices : refaire son test à 50.000 FCFA et reprogrammer son vol entre 30.000 et 80. 000 F CFA. Et l’administration qui a été défaillante ne bouge pas le petit doigt. Pis, elle encaisse doublement tout comme les compagnies aériennes. Finalement, s’il y avait  une vache à lait dans cette histoire, c’était  bien l’usager. Un voyageur qui rate son vol du fait des services sanitaires devrait pouvoir être exemptés d’un second paiement, pour responsabilité non engagée. L’administration a semble -t-il tiré les leçons en modernisant le service de délivrance des résultats de tests. Tout en raccourcissant les délais de délivrance à 48h,  elle  évite  le paiement à nouveau en cas de résultats positif et en cas de vol raté.  Quant aux compagnies aériennes, en n’adaptant pas leurs règles de reprogrammation de billet, et No show, elles encouragent indirectement les sorties frauduleuses aux frontières terrestres.o

Par Abdoulaye TAO

Commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page