Editorial

La rue

Le désormais ex-ministre du Développement industriel, du Commerce et des PME, Roch Donatien Nagalo, a jeté l’éponge. C’était le 8 novembre 2022. Deux semaines à peine, après sa nomination dans le premier gouvernement du MPSR 2, l’ancien responsable syndical des commerçants s’est déchargé de sa fonction pour, explique-t-il, permettre au nouveau gouvernement de travailler dans la sérénité.

La rue n’en voulait pas, à cause des griefs retenus contre lui dans sa gestion antérieure. Malgré une enquête rapide de l’ASCE-LC qui le disculpe des accusations, la rue n’a rien voulu entendre. Cette démission met donc fin à un début de trouble à l’ordre public. Un nouveau ministre a été nommé. Dans la foulée, celui  en charge de l’habitat a été éjecté presque pour les mêmes raisons.

Ce type d’incident est rare, mais on en est quand même au troisième, depuis 2014, avec le départ précipité du juge Adama Sagnon, au ministère de la Justice, et de Moumini Djiguemdé aux Infrastructures. Jamais deux sans trois, en espérant que la boucle est bouclée et  que désormais, les futurs castings seront plus rigoureux. En politique, un casier judiciaire vierge n’est pas souvent déterminant, encore moins un CV époustouflant. Ce qui compte, c’est la réputation et la crédibilité de la personnalité choisie. o

Par Abdoulaye TAO

Commentaires
RAF
RAF

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page