A la UneEconomie

Effort de guerre: le patronat et les salariés sollicités

 

  • près de 100 milliards recherchés
  • la contribution du patronat attendue
  • 1% des salaires du public et du privé 

« Monsieur Ibrahim TRAORE, Président de la transition, chef de l’Etat a reçu en
audience le président du CNPB accompagné d’une forte délégation le 09 Décembre 2022 à la primature. Cette rencontre de prise de contact et d’informations s’est tenue en présence des ministres de la fonction publique, de la communication et de l’économie.
A l’entame de son allocution, le chef de l’Etat a souhaité la bienvenue aux
représentants du CNPB avant de revenir sur le contexte sécuritaire que vit le
Burkina Faso. « Notre pays est endeuillé depuis 2015 et en termes de
conséquences il y a des victimes tant du côté de nos forces de défense que des
populations. A ce jour, il y a plusieurs déplacés, des élèves déscolarisés qui n’ont plus accès aux soins de santé, ce qui joue sur notre économie » a-t-il dit.
Présentant l’ordre du jour, le chef de l’Etat a confié qu’il s’agit de : « vous donner des informations et vous demander un sacrifice supplémentaire malgré tout ce que vous faites déjà ». Il a rappelé qu’en termes d’actions dans le cadre de la reconquête du territoire nation, il y a le recrutement en cours au sein de l’armée et des VDP. L’objectif initial était d’avoir 50 000 recrues au sein des VDP, mais nous sommes à 90 000. Aussi, le président de la transition a souligné que la Transition est en train de changer de tactique. Le Capitaine Ibrahim TRAORE a aussi expliqué que la reconquête nécessite des fonds dans la mesure où de 30 000 F, ils ont élevé le salaire des VDP à 60 000 F par mois et il souhaiterait encore faire plus ; équiper les VDP en tenues, armes et motos et investir dans la technologie pour la lutte. Il a ainsi passé la parole à son ministre en charge des
finances pour mieux expliquer les besoins financiers et le scénario pour obtenir ces ressources.
Le ministre de l’économie et de la planification a tenu à saluer la résilience et le sens du patriotisme des opérateurs économiques du Burkina malgré les problèmes sécuritaires. « Nous sommes disposés à réunir les conditions pour que vous prospériez dans les affaires » a-t-il précisé. Il a ensuite Il a expliqué que l’Etat
a prévu la mise en place d’un fonds de soutien à la guerre. Ce fonds devra selon la proposition, être alimenté par les 04 ressources suivantes :

– les contributions volontaires des Burkinabè de l’intérieur et de l’extérieur,
– les prélèvements sur les produits de grande consommation (boisson,
tabac, parfumerie, tickets de concert, immatriculation de véhicules,
connexion Internet),
– les prélèvements sur les salaires des employés du public et du privé
– l’affectation des bénéfices des jeux du hasard, subventions accordées au
politicien, fonds de développement local, etc.
Selon les prévisions, ce fonds devrait permettre de réunir environ 80 milliards de F CFA sur un besoin total de 106 milliards pour l’année 2023. Quant au gap, il estime que le gouvernement pourra faire l’effort de le combler par la caisse de l’Etat. Pour le ministre, l’Etat est ouvert également à des propositions du CNPB.
Prenant la parole au nom du président du CNPB, M. Seydou DIAKITE Premier
Vice-Président a estimé que « c’est un honneur et une fierté d’être parmi vous
pour discuter des questions d’intérêt national ». Poursuivant, il a rappelé d’avoir été reçu avec la Chambre de Commerce il y a quelques mois et il est heureux de voir que les choses évoluent. M. DIAKITE a tenu à saluer tous les efforts consentis par le chef de l’Etat pour une réorganisation transparente de l’armée,Pour l’idée de construire deux nouvelles bases aériennes et pour son esprit d’initiative. Pour lui, le patronat est disposé à soutenir l’effort de guerre car ce qui se passe fait mal à tout le monde. Aussi, la prospérité des affaires du secteur privé dépend de la stabilité du pays.
En termes de proposition, le 1er Vice-Président a rappelé que lors de la
précédente rencontre avec la chambre de commerce et d’industrie du Burkina,
ils avaient proposé que toute entreprise qui opère sur le territoire national
contribue à l’effort de guerre parce que sans sécurité il n’y a pas d’affaires.
Pour terminer, le porte-parole du CNPB a réaffirmé la disponibilité des chefs
d’entreprises à accompagner efficacement l’Etat, mais il suggère « que l’on se
parle plus souvent ».
Pour terminer, Président de la transition, Monsieur Ibrahim TRAORE s’est dit ouvert à toutes les propositions avant de remercier les membres du patronat pour les efforts déjà consentis dans la lutte contre le terrorisme.

Source: CNPB

Commentaires
RAF

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page