A la UneEntreprises

Marché de bétail de Dori: des affaires sous la psychose terroriste

• Au moins 3.500 têtes vendues le jour du marché

• 200.000 FCFA comme taxes au profit de la Mairie

• Des acheteurs venant des pays voisins

Le président du comité de gestion du marché, Dicko Hamadou Mazou dit Sékou : « L’Etat doit tout faire pour que ce marché ne ferme pas ». (DR)

Comment vit Dori avec les attaques terroristes ? C’est une inquiétude légitime, dans cet univers nouveau où les nouvelles macabres sont les plus relayées et on n’entend du Sahel que des attaques armées quotidiennes depuis 7 ans. On peut donc être amené à penser que certains pans de l’économie de cette région ne fonctionnent plus. C’est le cas du marché de bétail.  Courant 2022, il y a eu une incursion d’hommes armés sur les lieux aux environs de 04h, un jour de marché. Parmi les acheteurs surpris dans leur sommeil, sous un hangar, un a perdu la vie sur place et un autre a succombé à ses blessures à l’hôpital.

L’année 2023 aussi a déjà son lot de malheurs. « A 15km d’ici, un groupe de 5 acheteurs a été dépouillé de son argent il y a quelques jours. Ceux qui ont fait cela avaient des pistolets automatiques et ne se sont intéressés qu’à l’argent ; ce qui nous fait penser plus à des bandits qu’à des terroristes », indique le président du comité de gestion du marché, Dicko Hamadou Mazou dit Sékou.

Pour lui, leur insécurité n’est pas toujours liée au terrorisme. Certains bandits et coupeurs de route dissipent leurs actions dans le phénomène. L’un dans l’autre, la situation a une incidence sur le chiffre d’affaires du marché.  « Certains gros acheteurs ne viennent plus. Les plus téméraires envoient désormais leurs enfants ou employés et ces derniers ne prennent plus le risque de venir avec beaucoup d’argent », explique Sékou.

Malgré les risques, les acheteurs bravent les attaques pour pouvoir maintenir le marché en vie. (DR)

N’empêche ! Le marché de bétail n’est pas encore fermé. Le vendredi est jour de marché à Dori. Le 03 mars 2023 était vendredi. Sékou et son équipe étaient là. Les vendeurs et les acheteurs aussi. En venant de Ouagadougou par la route nationale n°04, le site se trouve à deux km avant la ville. En termes de superficie, le marché de bétail de Dori occupe environ trois hectares. Le site est compartimenté par espèces animales. La plus grande partie est occupée par les bœufs. Suivent ensuite les moutons et les chèvres. Les ânes, les chameaux et les chevaux ferment respectivement la marche. Les animaux sont conduits dès la veille pour certains et tôt le jour du marché pour d’autres, sur pied ou dans des charrettes, à l’appréciation de la clientèle. Les clients, d’ailleurs, viennent des autres villes du Burkina mais aussi du Togo, du Ghana, de la Côte d’Ivoire, du Niger et même du Sénégal. Le parc des véhicules communément appelés « dix tonnes » peut s’étaler à perte de vue malgré tout. « Nous prenons la route la peur au ventre et les mains sur le chapelet. Comme c’est notre gagne-pain, on fait avec, sinon les risques sont élevés », confie Boureima Ouédraogo, un des chauffeurs de camion.

Le marché de bétail est un marché matinal. Dès 08h déjà, ceux qui ont pu finir leurs achats chargent leurs camions pour reprendre la route. « Nous avons des centaines de km à parcourir, et les contrôles et le soleil nous retardent beaucoup. Si nous ne partons pas tôt, nous perdons beaucoup d’animaux à cause de la  fatigue et la chaleur », explique Adama, un autre chauffeur.   

Difficile d’avoir le nombre précis des animaux qui passent par le parc. Les gestionnaires estiment qu’en moyenne 3.500 têtes sont vendues chaque jour de marché, soient 1.000 gros ruminants et 2.500 petits ruminants. Pour le coût des animaux, il faut se remettre à une entente entre le vendeur et l’acheteur, en fonction du gabarit de la bête. Le comité de gestion prélève une taxe sur chaque animal vendu. Il s’agit de 350 F pour le bœuf, 200 F pour le chameau, 100 F pour le mouton, la chèvre et l’âne. Bon an, mal an, le comité verse 200.000 FCFA auprès de la Mairie chaque semaine et le reste est réinjecté dans la gestion du marché.

Mamadou Cissé est un coursier. Son rôle, vérifier les opérations de vente et procéder au chargement des différents véhicules tout en apprêtant tous les documents nécessaires. Pour lui, « si le marché est bon », il peut charger en moyenne 70 camions. 

La situation est dure mais le marché de Dori tient le coup. Des efforts sont fournis pour un minimum de sécurité. Les différents acteurs le reconnaissent et souhaitent vivement le retour de la paix pour pouvoir améliorer les affaires. « C’est le seul marché qui reste dans le Sahel, donc l’Etat doit tout faire pour que celui-ci ne ferme pas », supplie d’ailleurs Sékou.o

Moumouni SIMPORE

Commentaires
RAF
RAF

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page