Dossier

Journalisme au Sahel: le défi permanent d’informer

• Adapter les pratiques et contourner les pressions

• S’unir pour enquêter

• Les recommandations de RSF

L’intensification des attaques des groupes armés n’a cessé de réduire l’espace de collecte de l’information des journalistes et d’affaiblir les moyens de diffusion. « Des médias, et en particulier, les radios communautaires – très écoutées dans le Sahel –, ont été détruits pour avoir simplement donné la parole à un auditoire ne sympathisant pas à la cause des groupes armés, ou pour « avoir diffusé de la musique au lieu de prêches », affirme Reporter sans frontières (RSF), dans son rapport « Dans la peau d’un Journaliste au Sahel », paru le 3 avril 2023.

Dans ce contexte sécuritaire dégradé et instable, les médias et les journalistes ont dû adapter leurs pratiques, afin de contourner les pressions, mais aussi pallier les difficultés de circulation et d’accès à certaines zones du Sahel, afin de poursuivre, malgré tout, leur mission d’informer. Dans son rapport, RSF propose des pistes de solutions pour les médias.

Collecter l’information autrement

Une des options pour obtenir des informations au sein des zones restreintes est d’arriver à se mêler discrètement aux populations locales. Dans certaines zones, à l’inverse, il est préférable d’éviter la technique de l’immersion et limiter plutôt son temps d’exposition sur le terrain à 24 heures. Dans un cas comme dans l’autre, les journalistes savent qu’il faut éviter de « trop se montrer » et qu’il est conseillé de s’adapter vestimentairement. L’autre option conseillée par RSF est la technique du « OFF ». À défaut de pouvoir se déplacer dans les zones dangereuses, les journalistes de la région développent des réseaux de sources informelles pour collecter des informations en off et continuer de documenter la situation. Pour mieux garantir la sécurité des sources les plus exposées, il est parfois nécessaire de déployer différents niveaux d’intermédiation entre une source et le journaliste. Ce sont ces réseaux de confiance, tissés depuis longtemps, qui permettent de continuer d’informer sur la région.

Pour faire face à la désinformation rampante, certaines Rédactions au Sahel ont développé des services de « fact checking », dont la mission est de vérifier systématiquement les affirmations largement partagées par les autorités politiques ou diffusées dans l’espace public. MaliCheck est l’un des premiers projets de lutte contre la désinformation au Mali.

Le média Le Jalon (qui a pour devise « Informer bien au lieu d’informer vite »), en partenariat avec l’Ambassade des États-Unis au Mali, a ainsi formé entre 2020 et 2022, près de 1.000 journalistes, étudiants et lycéens aux techniques de détection et de vérification de fausses nouvelles. Le site d’information en ligne abrite également une rubrique MaliCheck qui vérifie les vidéos, les photos, les textes, les messages vocaux et les discours truqués ou sortis de leur contexte pour tromper l’opinion publique. Récemment, le projet Africa Check, qui forme des journalistes et traque la désinformation sur l’ensemble du continent, a identifié plusieurs influenceurs spécialistes de la désinformation, très suivis sur les réseaux sociaux, à l’instar du populaire compte Twitter « Gauthier Pasquet » qui publie régulièrement des messages sur la politique au Sahel.

La création de nouveaux réseaux et d’un maillage de médias partenaires sur le territoire national ou transnational a favorisé la résilience des journalistes et permis à plusieurs médias de poursuivre leur activité d’information au Sahel. C’est le cas des studios nouvelle génération. « Membres du réseau mis en place par la Fondation Hirondelle, les studios Yafa, Kalangou et Radio Ndarason Internationale (RNI) apportent une nouvelle dynamique médiatique dans la région. Leur objectif est de favoriser la professionnalisation du secteur des médias et de fournir de l’information aux populations confrontées aux crises », explique RSF.

NK

Encadré

Appel et recommandations

Pour apporter des solutions aux différents problèmes soulevés dans ce rapport, et de façon à permettre le respect de la liberté d’informer dans l’intérêt de tous, Reporters sans frontières (RSF) appelle ou recommande :

Aux autorités des États du Sahel de veiller à :

Assurer du mieux possible, et dans la mesure des moyens disponibles, la sécurité des reporters qui se rendent sur des zones à risque ;

Fournir des formations pratiques en matière de sécurité aux professionnels des médias, en particulier, les femmes, pour les préparer aux risques sur le terrain ;

Mettre fin aux attaques verbales et menaces contre les journalistes ;

Assurer que les menaces et agressions contre les journalistes fassent systématiquement l’objet d’enquêtes pénales visant à ce que leurs auteurs soient identifiés et poursuivis, afin de mettre fin à de telles attaques et menaces ;

Améliorer la communication d’informations officielles sur la situation sécuritaire et permettre aux représentants des différents services de l’État de communiquer avec les journalistes sans crainte de représailles, etc.

 

Encadré

S’unir pour enquêter

D’autres initiatives locales ont contribué à développer le journalisme d’investigation, comme la création, en 2015, de la Cellule Norbert Zongo pour le journalisme d’investigation en Afrique de l’Ouest (CENOZO). Cette structure a pris le nom du journaliste burkinabè qui a fondé l’hebdomadaire L’Indépendant, et qui a été assassiné en 1998. Son objectif est de renforcer les capacités des journalistes d’investigation ouest-africains par le biais de formations, et d’apporter un soutien financier et technique à l’investigation dans des domaines tels que la corruption, le crime organisé, la mauvaise gouvernance, les violations des droits humains ou encore l’environnement. Selon le président sortant de CENOZO, Moussa Aksar, la Cellule a renforcé, entre 2020 et 2022, les capacités de près de 450 journalistes, dont plus de 150 femmes. Sur la même période, un total de 209 enquêtes ont été publiées dans les 16 pays de l’Afrique de l’Ouest.

Cette montée en puissance du journalisme d’investigation en Afrique de l’Ouest ne se fait pas sans difficultés. Plusieurs membres de la CENOZO, dont son président, ont été poursuivis pour leur travail d’investigation. « C’est la preuve que la liberté d’expression et le devoir de redevabilité de nos dirigeants ne constituent pas encore des acquis, commente Moussa Aksar. o

Commentaires
RAF
RAF

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page