A la UnePubli-COM

Microfinance islamique: IFG SA lance officiellement ses activités

• La toute première microfinance islamique agréée au Burkina Faso

• Offrant des produits financiers 100% Halal

• Dotée de « Charia board », un comité qui veille au respect des principes de la finance islamique

La cérémonie d’inauguration a connu la participation des acteurs du monde de la finance et des autorités administratives et religieuses. (Ph. Yvan Sama).

L’une des raisons du faible taux de bancarisation au Burkina Faso est l’insuffisance d’institutions financières et l’inadéquation entre les produits offerts et les besoins réels d’une tranche de la population pour des raisons religieuses. Afin de pallier cela, Islamic Finance Group (IFG SA) a vu le jour. La cérémonie officielle de lancement de ses activités a eu lieu le 06 mai 2023, à Ouagadougou. Elle a connu la présence du ministre de l’Economie, des Finances et de la Prospective, Aboubakar Nacanabo, patron de la cérémonie.

Islamic Finance Group (IFG) est une société anonyme spécialisée dans la microfinance islamique. Sa vocation est d’apporter des solutions de financement basées sur les principes de la loi islamique et adaptées à tous les acteurs économiques. Elle est ouverte à toute personne physique ou morale, sans distinction de religion (musulmans et non musulmans). A travers des instruments innovants, adaptés à la réalité des clients et en conformité avec les principes de la finance islamique, IFG SA offre tous les produits financiers modernes, dans des conditions les plus souples, équitables, transparentes et excluant toute forme d’intérêt usuraire (Ribah). En effet, en finance islamique, la banque fait profit sur le bénéfice que va apporter le projet financé et non sur l’intérêt du remboursement du financement appelé « Ribah », qui est interdit.

IFG SA s’est fixé pour mission de participer efficacement à l’inclusion financière, à lutter contre le chômage et la pauvreté de toutes les couches socioéconomiques, en particulier, les couches les plus défavorisées de la société.  Le ministre de l’Economie, Aboubakar Nacanabo, par ailleurs patron de la cérémonie, a félicité les responsables de IFG SA, pionnière dans la microfinance islamique au pays. Il a invité la structure à impacter et impulser la création d’autres institutions de microfinance, notamment, la finance islamique, pour diversifier la gamme de produits financiers offerts aux Burkinabè.

Des produits financiers 100% Halal

Le ministre de l’Economie, Aboubakar Nacanabo, procédant à la coupure du ruban. (Ph. Yvan Sama).

IFG SA offre trois catégories de produits financiers, notamment, les produits participatifs, d’endettement et de bienfaisance. En effet, les produits participatifs permettent à l’institution financière d’être en partenariat avec le client sur un projet, en y apportant le capital pour sa réalisation et les bénéfices sont répartis selon les conditions préétablies entre les deux parties. En ce qui concerne les produits d’endettement, la microfinance se charge d’acquérir le bien souhaité au profit du client, et celui-ci procède par un remboursement échelonné. Quant à la dernière catégorie qui est celle des produits de bienfaisance, elle permet au client de bénéficier d’un prêt sans intérêt.

Pour le Directeur général de IFG SA, El Hadj Inoussa Ouédraogo, la finance islamique est une finance qui partage le risque avec le client, qui associe le client dans tout le processus de financement. En cas de faillite du projet, la banque ne fera pas de profit. C’est pourquoi, la banque est active et accompagne régulièrement son client sur le terrain.

La « Charia board » pour garantir le respect des principes de la finance islamique

En plus de son siège à ZACA (Zone d’activités commerciales et administratives), IFG SA dispose d’une agence sur l’avenue Charles de Gaulle. En outre, l’institution s’est dotée de « Charia board », un comité de 4 personnes averties dans le domaine de la finance islamique. Ce comité sera chargé de garantir une permanente conformité de la pratique de la structure aux principes de la finance islamique. Il est dirigé par Dr Muhammad Ishaq Kindo, président du collège des Oulémas. Les autres membres sont le Dr Han-Madou Ilboudo, Phd en finance islamique, l’imam Simbré Daouda, magistrat et président du Tribunal de commerce de Bobo- Dioulasso, et le Dr Adil Zarfi qui est un spécialiste dans l’accompagnement des banques islamiques au Maroc.o

T.A

Encadré

Commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page