A la UneEconomie

Marché financier régional: 30, 17 milliards FCFA retenus

• Sur un total de 35, 1 milliards FCFA proposés

• Carton plein pour les émissions de 364 jours et celles de 7 ans

• Les investisseurs boudent l’OAT de 3 ans

La signature Burkina Faso est en train de retrouver ses lettres de noblesse sur le marché financier régional. Assez boudé durant le second semestre 2022, les émissions effectuées par le pays rassemblent de plus en plus d’investisseurs. C’est le cas de celle du 24 mai 2023. A la demande de la Direction générale du Trésor et de la Comptabilité publique du Burkina, l’Umoa-titres et la BCEAO ont organisé une émission simultanée de Bons et Obligations assimilables du Trésor. Ces trois opérations sont respectivement à 364 jours, 3 et 7 ans, pour un montant de 30 milliards FCFA. « Cette opération s’inscrit dans le cadre de l’exécution du programme d’émissions de titres publics du Burkina en conformité avec la stratégie à moyen et long terme de gestion de la dette », apprend-on sur le communiqué publié par Umoa-titres Ainsi, sur les 30 milliards recherchés, le Burkina Faso a mobilisé 30, 17 milliards FCFA, soit un taux de couverture de 117,25%.

La première émission est celle des Bons assimilables du Trésor (BAT) de 364 jours. Il s’agit de titres de créances à court terme émis par l’Etat par voie d’adjudication. Ce type de BAT a l’avantage de répondre à des impératifs de gestion de trésorerie alliant sécurité et qualité, avec un couple rendement/risque optimal et une rémunération connue et payée d’avance à l’investisseur, lors de l’acquisition des titres (intérêts précomptés). Parmi les 3 émissions du pays, c’est celle-là qui a été la plus courue. Le montant retenu s’élève à 23, 03 milliards FCFA, avec 20 soumissions et 10 participants. Les investisseurs qui se sont présentés proviennent du Burkina Faso (10,09 milliards), de la Côte d’Ivoire (4 milliards), du Sénégal (7,93 milliards) et du Togo avec un milliard FCFA retenu. 

Pour cette sortie sur le marché financier, le Burkina a utilisé, en plus des BAT, les Obligations assimilables du Trésor, communément appelées « OAT ». Il s’agit de titres de créances à moyen et long terme, émis par l’Etat par voie d’adjudication. Elles peuvent porter sur des échéances de 3 ans, 5 ans, 7 ans, 10 ans, 15 ans ou plus.

En guise d’avantages, les OAT offrent un placement à moyen ou long terme répondant aux impératifs de placement de votre épargne ou de vos ressources longues. Ces titres allient sécurité (émetteur souverain) et qualité (l’Etat). Les OAT offrent à l’investisseur un couple rendement/risque optimal. L’investissement sur les OAT permet de contribuer au financement du budget de l’Etat. Par exemple, l’Etat pourrait utiliser ces ressources pour le financement d’infrastructures publiques (aéroport, autoroute, hôpitaux, écoles…).

Et sur ce type d’opération, les investisseurs ont préféré les OAT de 7 ans, plus longues, à celles de 3 ans. Le montant retenu pour les Obligations de 7 ans est de 3,95 milliards FCFA, avec 9 soumissions et 4 participants. Le taux d’absorption s’élève à 100%, contre 44,4% pour les OAT de 3ans.

A ce niveau, les soumissions viennent uniquement du Burkina Faso. En ce qui concerne les OAT de 7 ans, on a enregistré des soumissions du Bénin, du Burkina, du Togo, de la Côte d’Ivoire et du Sénégal.

NK

Encadré

Les titres sont exonérés d’impôts pour les investisseurs résidant au Burkina

Le Burkina n’est pas à sa première émission simultanée. Avant celle du 24 mai 2023, le Burkina était sur le marché financier, le 10 mai dernier. Cette émission simultanée de Bons et Obligations assimilables du Trésor portait sur des périodes respectivement de (182 jours)… ans et 7 ans pour un montant de 30 milliards FCFA. L’engouement des investisseurs était au rendez-vous.

Il faut noter que les Bons et Obligations assimilables du Trésor sont admissibles au refinancement de la Banque centrale dans les conditions fixées par le Comité de politique monétaire et sont négociables sur le marché secondaire, conformément au Règlement N°06/2013/CM/UEMOA du 23 juin 2013.

En termes de fiscalité, les revenus perçus sur Bons et Obligations assimilables du Trésor sont exonérés d’impôts pour les investisseurs résidant au Burkina. Les non-résidents sont soumis à la fiscalité applicable sur le territoire du pays de résidence.

Encadré 2

Brève Finances

African Banker 2023 :  la liste des lauréats

17e édition, les Trophées African Banker ont livré leur verdict, le 25 mai dernier, à Charm El Sheik, en Egypte, en marge des assemblées générales de la BAD. Ces trophées célèbrent les réalisations des dirigeants et des institutions qui ont contribué de manière significative à la croissance et au développement du secteur financier africain, au cours de l’année écoulée.

La cérémonie a été organisée sous le haut patronage de la Banque africaine de développement. Les Trophées African Banker 2023 sont sponsorisés par le Fonds africain de garantie, la Banque du commerce et du développement (TDB) et la CRDB de Tanzanie.

Banquier de l’année : Mme Esther Kariuki, Co-operative Bank of Kenya

Banque de l’année : Afreximbank

Icône du banquier africain : Miguel Azevedo, Citi

Carrière exemplaire : M. Hisham Ezz Al-Arab, Commercial International Bank

Gouverneur de banque centrale de l’année : Harvesh Seegolam, Bank of Mauritius

Ministre des Finances de l’année : M. Enoch Godongwana, Afrique du Sud

Banque durable de l’année : Nedbank, Afrique du Sud

IFD de l’année : Afreximbank

Fintech de l’année : MFS Africa

Banque de l’année pour les PME : Caisse de compensation et de consignation (CDC), Tunisia

Opération de l’année – Dette : Facilité de prêt syndiqué multi-tranches et multidevises d’un montant de 400 millions de dollars américains et de 4 milliards de rands pour la société Harmony Gold – Absa et Nedbank

Opération de l’année – Actions : Investissement en actions de 298 millions de dollars américains dans Infinity Energy et acquisition de Lekela Power – Africa Finance Corporation

Opération de l’année – Agriculture : Facilité de financement de 78 millions de dollars américains pour la transaction de financement structuré de matières premières pétrolières du Sud – Absa

Opération de l’année – Infrastructure : Facilité de financement de la dette de 900 millions de dollars américains pour le projet Scatec Solar PV avec stockage d’énergie par batterie – Standard Bank

Banque régionale de l’année – Nord : Bank of Africa

Banque régionale de l’année – Sud : Zambia National Commercial Bank (Zanaco)

Banque régionale de l’année – Est : CRDB Bank

Banque régionale de l’année – Centre : Trust Merchant Bank

Banque régionale de l’année – Ouest : Vista Bank

Banque de l’année de l’AFAWA : Letshego, Nigeria.

Commentaires
RAF
RAF

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page