DBS

DBS: Marché financier régional : 28,9 milliards FCFA levés par le Burkina

• Marché financier régional : 28,9 milliards FCFA levés par le Burkina

Le Burkina Faso a lancé, le 7 juin 2023, une émission simultanée de Bons et Obligations assimilables du Trésor, pour un montant de 30 milliards FCFA. Une opération qui s’inscrit dans le cadre de l’exécution du programme d’émissions de titres publics du Burkina, en conformité avec la stratégie à moyen et long terme de gestion de la dette. De ces émissions, le pays a levé 28,9 milliards FCFA. Il s’agit de la deuxième intervention sur la maturité 364 jours ; septième intervention sur la maturité 3 ans et cinquième intervention sur la maturité 5 ans en 2023.  Les montants proposés et retenus sont venus d’investisseurs du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal et du Togo.

• BOA-BF : résultat net en hausse au premier trimestre

La Bank of Africa Burkina Faso a publié ses résultats financiers du 1er trimestre 2023. Sur le site de la BRVM, la banque annonce un total bilant de 1.075.069 millions FCFA à fin mars 2023, contre 1.163.300 millions FCFA au 31 décembre 2022. Les encours de dépôts et de crédits clientèle s’établissent respectivement à 818.818 millions et 625.430 millions FCFA sur la même période. Le Produit net bancaire enregistre, quant à lui, la plus forte hausse. Il progresse de 21,4% à 14.669 millions FCFA en fin mars 2023, soutenu essentiellement par la croissance de la marge nette bancaire de 18,9%.  Le résultat net se chiffre à 6.821 millions FCFA, en hausse de 13,4% par rapport aux réalisations au 31 mars 2022.

• Société Générale : le nouveau chantier de la banque

L’annonce a été faite le 7 juin 2023. Société Générale cède 4 de ses filiales au Congo, en Guinée-équatoriale, en Mauritanie et au Tchad à Vista Bank et Coris Bank. Cette cession marque le début du rééquilibrage de la banque, qui s’attèle à un nouveau chantier : la rationalisation de sa présence à l’international.  Bien qu’annoncé quelques semaines après la prise de fonction de son nouveau Directeur général, Slawomir Krupa, ce recentrage géographique a été décidé dans les mois qui ont suivi l’éclatement du conflit en Ukraine. « Société Générale mène régulièrement des revues stratégiques de son activité, en tenant compte de plusieurs paramètres, dont les facteurs géopolitiques », explique une source proche du dossier, que cite Zonebourse.  Après le choc de mars 2022, qui a amené à la vente de sa filiale russe Rosbank, les questions des investisseurs et des analystes sur sa présence en Afrique se sont faites plus pressantes. « Le risque géopolitique est redevenu un facteur prépondérant dans l’analyse globale des risques. Dans certains de ces pays d’Afrique, il a tendance à demeurer plus élevé que sur d’autres marchés », rappelle Rafael Quina, analyste chez Fitch Ratings. Et d’ajouter : « La cession de ces filiales, dans des pays où elle n’a pas la taille critique, est de ce point de vue un signal positif ».  De plus, la concurrence sur le marché africain se fait plus rude. Les groupes marocains, sud-africains ou issus d’Afrique de l’Ouest devenant des acteurs panafricains. Sans compter sur la fin du projet Yup en 2022. La solution de paiement mobile lancée en 2018 par Société Générale a été surclassée par l’offensive de concurrents comme Orange Money, etc.

• CODESP 2023 : ce sera en

juillet, à Bobo-Dioulasso

La ville de Bobo-Dioulasso, dans les Haut-Bassins, accueillera les 3 et 4 juillet 2023, les rencontres nationales du cadre d’orientation du dialogue entre l’Etat et le secteur privé pour le compte de l’année 2023. Cette rencontre se tient à l’issue des rencontres régionales qui ont permis aux acteurs de discuter du thème général, «Le rôle du foncier dans la promotion de l’investissement productif», et de préparer des recommandations à soumettre à la rencontre nationale. Au-delà de l’examen du thème, les parties prenantes vont évaluer la mise en œuvre des recommandations issues des précédentes rencontres nationales Etat/secteur privé. La rencontre sera présidée par le Premier ministre.

• Cedeao : les Douanes

préparent l’interconnexion des déclarations de transit

A Lomé, au Togo, les Douanes de huit pays de la Cedeao étaient en concertation début juin ( Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Ghana, Mali, Niger, Sénégal et Togo), aux fins d’évaluer le système d’interconnexion de leurs administrations douanières. Cette rencontre devrait  déboucher sur l’adoption du Système interconnecté de gestion des marchandises en transit (SIGMAT). Soutenue par  la CEDEAO, avec l’appui technique et financier de la Banque mondiale , cette solution facilitera  les déclarations de transit entre les Etats membres de l’espace sous-régional.  Après son adoption, l’outil sera expérimenté dans les huit pays en conclave, dans la capitale togolaise, avant de s’étendre dans les autres pays de la sous-région.o

Commentaires
RAF
RAF

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page