A la UneEconomie

Suppression du Haut Conseil du dialogue social: plus de 300 millions FCFA d’économie

• Dans le cadre de la réduction du train de vie de l’Etat

• Réorganisation des concours : plus de 200 millions FCFA

• Un véhicule par ministre et par président d’institution

Désormais, un véhicule par ministre et par président d’institution au Burkina Faso. (Ph. Yvan Sama)

La réduction du train de vie de l’Etat, tant réclamée depuis des années, semble être sur une bonne voie. Quelques signaux dans ce sens sont perceptibles avec le gouvernement de transition.

Le Conseil des ministres du 7 juin 2023 a frappé fort dans la rationalisation de la gestion des véhicules de l’Etat, pour permettre à l’Etat burkinabè de faire des économies. Il ressort du Conseil des ministres l’adoption d’un décret portant règlementation générale de l’utilisation des véhicules de l’Etat et des autres organismes publics.
L’adoption de ce décret permettra de renforcer et d’actualiser le dispositif juridique en matière d’utilisation des véhicules de l’Etat, de maîtriser les charges de gestion du matériel roulant et de réduire le train de vie de l’Etat.

Qui mieux que le gardien de l’argent de l’Etat pour énumérer ces mesures fortes. Sur le perron de la Présidence de la Transition, le ministre de l’Economie, des Finances et de la Prospective, Dr Aboubakar Nacanabo, a annoncé que désormais, il serait affecté à chaque ministre et président d’institution, un seul véhicule et que les autres véhicules seraient mis dans le parc central de l’Etat.

Aussi, dit-il, l’utilisation sera en fonction de la dégradation dudit véhicule affecté. Fini l’affectation de 2, voire 3 véhicules aux membres du gouvernement et présidents d’institutions dont certains en abusaient dans l’utilisation. Mieux, le gouvernement, pour une utilisation efficiente et efficace des véhicules, a mis en place un logiciel de gestion du parc de l’Etat qui permet de connaitre la gestion et le lieu de destination de chaque véhicule. Selon le ministre, la finalité est de mieux maîtriser les dépenses de l’Etat.

D’autres institutions dans le viseur du gouvernement

Cette finalité est aussi au niveau du ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale. Le syndicaliste devenu ministre, Bassolma Bazié, a révélé, dans une émission sur la télévision BF1, que la suppression du Haut Conseil du dialogue social (HCDS), le 24 mars 2023, avait permis à l’Etat d’économiser plus de 300 millions FCFA. L’autre justification de la dissolution du HCDS,  il avait les mêmes attributions que la Direction générale du Travail, qui régule les tensions au niveau des entreprises et au niveau social, a fait savoir le ministre. Bassolma Bazié a martelé que d’autres institutions à supprimer étaient dans le viseur du gouvernement. La réorganisation des concours directs et professionnels, qui a mis un accent particulier sur un logiciel local avec des techniciens burkinabè, a aussi permis de faire des économies.

Le logiciel local développé par des nationaux a coûté à l’Etat près de 100 millions FCFA, toute chose qui a permis au ministère de faire des économies de plus de 200 millions FCFA en 2023.

Ramener la masse salariale en dessous de 35%

Se prononçant sur la masse salariale jugée importante, le ministre Bassolma Bazié note que la vraie préoccupation pour le gouvernement actuel est de dénombrer l’effectif réel des travailleurs de la fonction publique. Pour juguler la question, un système de contrôle efficient sera mis en place.

Le ministère compte agir sur la corruption dans l’administration publique, élargir l’assiette fiscale et maximaliser sur la collecte des recettes fiscales. Toute chose qui, dit-il, va, à terme, permettre au Burkina Faso de ramener sa masse salariale en dessous de 35% comme exigé par les critères de convergence de l’UEMOA. Il faut noter qu’actuellement, la masse salariale sur les recettes fiscales est supérieure à 35% des recettes propres au Burkina Faso.

Ambéternifa Crépin SOMDA

 

Encadré

Réduction du train de vie de l’Etat : le gouvernement  sur la bonne voie

Dans ce contexte d’insécurité où le nerf de la guerre fait défaut au pays pour endiguer le fléau terroriste qui plombe l’économie nationale, cette rationalisation des dépenses publiques, à travers la réduction du train de vie de l’Etat, est une aubaine. Toutefois, l’Etat burkinabè ne devrait pas s’arrêter en si bon chemin. D’autres niches méritent une attention particulière du gouvernement. A cela s’ajoute une lutte acharnée contre la corruption et la gabegie. Seuls gages pour l’Etat de faire le maximum de profit pour « armer » les boys.

Commentaires
RAF
RAF

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page