Editorial

Edito: au pied du mur

Il y a un mois, le Burkina Faso dénonçait la convention fiscale qui le liait à la France. C’était un des épisodes médiatisés de la lune de fiel que vivent Paris et Ouagadougou depuis l’avènement du MPSR2, le 30 septembre 2022. Derrière, Paris a pris des mesures de rétorsion contre le Burkina, en suspendant la délivrance des visas puis la suspension de sa coopération avec le pays des Hommes intègres. Cette semaine, les conséquences de cette décision sont en train d’être mises en œuvre, même si l’Ambassade de France à Ouaga ne le confirme pas. Les ONG et les associations françaises dépendant du ministère des Affaires étrangères ont été invitées à suspendre leurs activités, en tout cas, pas de nouveaux engagements. Cela va laisser des traces. Le durcissement de Paris n’étonne guère. Il est à la hauteur du rejet qu’il subit actuellement dans les pays du Sahel. Reste à savoir jusqu’où Macron va leur faire payer cette impertinence. Et c’est ici qu’on attend les militaires sur le terrain de la réponse sociale et économique en termes d’atténuation. Car, au-delà des discours, il faudra rassembler les populations autour d’actions et de projets qui libèrent le pays du joug de la métropole dans une Nation unie et solidaire. Nous sommes tous au pied du mur.

Par Abdoulaye TAO

Commentaires
RAF
RAF

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page