DBS

DBS: Intégration : les grands rendez-vous de l’UEMOA

• Intégration : les grands rendez-vous de l’UEMOA

Les derniers mois de l’année au sein de l’Union économique et monétaire de l’Afrique de l’Ouest seront marqués par de grands évènements. Le mois de novembre en concentre trois :

– le forum des hommes d’affaires de l’Union, couplé au Prix UEMOA de la qualité qui se tiendra à Dakar, du 16 au 18 novembre 2023 ;

– le Salon international des mines, de l’énergie et des hydrocarbures, prévu du 27 au 29 novembre 2023, à Abidjan ;

– la table ronde des partenaires techniques et financiers pour le financement de la Stratégie de développement des pôles énergétiques et du Programme régional de développement de l’économie numérique, à Abidjan, dans la même période du 27 au 29 novembre 2023.

En vue de réussir ces grands rendez-vous, la Commission de l’Uemoa a initié des rencontres d’information et de mobilisation des acteurs dans les pays de l’Union, Ouagadougou a accueilli la sienne, le 23 octobre dernier, sous la présidence du ministre de l’Economie, des Finances et de la Prospective, représenté par Boukaré Zouanga. Au nom du ministre, il a invité les acteurs publics et privés, les représentants des organisations, les institutions et les structures nationales et internationales présents au Faso à se mobiliser pour mieux représenter.

Le commissaire en charge du département du développement de l’entreprise, des mines, de l’énergie et de l’économie numérique, Dr Paul Koffi Koffi, y a représenté la Commission. Pour lui, l’organisation de ces évènements témoigne de la volonté de la Commission de renforcer le processus d’intégration économique et de promouvoir le développement durable dans l’espace communautaire. Il a invité tous les acteurs à contribuer au succès desdits évènements.

• Sécurité régionale : les ministres en concertation

Les ministres chargés des questions sécuritaires des Etats membres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) se sont réunis par visioconférence, le 27 octobre 2023. Au menu :   analyse des récents développements de la situation sécuritaire dans l’Union. Le Rapport du premier semestre 2023 sur la paix et la sécurité dans l’espace UEMOA, ainsi que l’état de mise en œuvre du Projet d’informatisation et d’interconnexion des postes de police frontaliers.

Les conclusions des travaux des ministres seront soumises à la 6e réunion du Comité de haut niveau sur le Chantier paix et sécurité dans l’espace UEMOA  qui aura lieu à Dakar et présidée  par Macky Sall, président de la République du Sénégal, président dudit Comité.

• Entreprises publiques : une journée d’études en vue sur son statut

Saisir les problématiques de la transformation des entreprises publiques au Burkina Faso, au travers d’une réflexion sur la cohérence et l’efficacité de la règlementation qui leur est applicable, tel est l’objectif général d’une journée d’études en préparation au niveau de l’Académie nationale des sciences, des arts et des lettres du Burkina Faso (ANSAL-BF) et pilotée par le collège SJPEG (Sciences juridiques, politiques, économiques et de gestion). Le thème de la journée prévue le 16 novembre porte sur « les mutations des entreprises publiques au Burkina Faso ».

• Huile produite localement : les consommateurs s’interrogent sur sa rareté sur le marché

Une interpellation du gouvernement sur la page d’une association de défense de consommateurs : « Il y a une pénurie grave des bidons d’huile de 5 litres et de 20 litres dans nos marchés et boutiques…Pourtant, ces produits sont les moins chers du marché ! Nous interpellons la SN-CITEC que nous allons saisir officiellement et très vite…Nous interpellons le gouvernement sur les risques de spéculation et d’explosion des prix des huiles alimentaires ». C’est une antienne qui revient chaque année. La première société de production du secteur semble plutôt victime d’une mauvaise répartition de la graine de coton. A titre d’exemple, la campagne écoulée, elle n’a eu accès qu’à 39 000 tonnes de graine sur un besoin de trois à quatre fois supérieur. Ce qui équivaut à seulement trois mois de production à peine. D’autres producteurs ont accès à la graine, mais leurs produits finis restent invisibles sur le marché, quand les graines de coton ne font l’objet de spéculation vers l’extérieur. Une étude du ministère du Commerce avait mis le doigt sur la répartition de la graine de coton et l’usage qu’en font les bénéficiaires. Il est peut-être temps de revoir la gestion des  graines de coton.o

Commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page