A la UneEconomie

Emprunt: le Burkina lève 15 milliards FCFA sur le marché régional

• Une émission simultanée couverte à plus de 100%

• De l’argent venu du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire et du Sénégal

• Le point sur la dette publique

Le 22 novembre 2023, le Burkina Faso recherchait 15 milliards FCFA sur le marché financier régional, via Umoa-Titres. Notre pays recherchait, à travers deux types d’opération, de quoi « assurer la couverture des besoins de financement du budget de l’Etat du Burkina », peut-on lire dans le document sur les termes et conditions de l’émission, publié par l’agence Umoa- Titres.  Deux outils sont utilisés, afin d’assurer le maximum de succès à cette opération. Il s’agit, en premier, des Bons assimilables du Trésor. D’une durée d’un an (364 jours), avec un montant recherché de 5 milliards. Le Burkina a utilisé ce type d’interventions déjà 7 fois, depuis le début de l’année.

Les Bons assimilables du Trésor (BAT) sont des titres de créances à court terme émis par l’Etat par voie d’adjudication. Ses caractéristiques sont les suivantes, son montant unitaire est de 1 million par bon. Le Trésor a la possibilité de retenir jusqu’à 110% du montant mis en vente, si les offres sont satisfaisantes. Les bons sont émis par adjudication et à taux multiples.

En termes davantage, on note que le BAT est un placement à court terme répondant à des impératifs de gestion de trésorerie alliant sécurité et qualité. Ainsi, le duo rendement et risque est optimal, la rémunération est connue et payée d’avance à l’investisseur, lors de l’acquisition des titres. Enfin, un investissement sur les BAT permet de contribuer aux ressources de trésorerie de l’Etat. Les bons du Trésor sont négociables de gré à gré sur le marché secondaire et sont admissibles (pour ceux qui sont éligibles) en garantie pour disposer du refinancement de la BCEAO. La dernière intervention du Burkina sur cette maturité date du 25 septembre dernier.

Le second instrument utilisé par le Trésor public, afin d’assurer le succès de cette vente, ce sont les Obligations assimilables du Trésor. C’est le plus utilisé par l’institution. Depuis le début de l’année, c’est la 14e fois que le Burkina l’utilise.

Les Obligations assimilables du Trésor « OAT » sont des titres de créances à moyen et long terme, émis par l’Etat par voie d’adjudication. Un titre assimilable est un titre qui peut être émis une première fois pour une taille déterminée, puis abonder dans le cadre de nouvelles émissions. Ces Obligations sont dites assimilables, car chaque nouvelle tranche de titre émise est rattachée aux tranches antérieures et possèdent les mêmes caractéristiques (identifiant ISIN, nominal unitaire, coupon, dates de détachement des coupons, dates de paiement de principal, date de maturité, base de calcul des intérêts).

Le montant unitaire de chaque Obligation est de 10.000 FCFA, avec des échéances sur 3 ans, 5 ans, 7 ans, 10 ans, 15 ans ou plus. Les OAT vous offrent un placement à moyen ou long terme répondant à vos impératifs de placement de votre épargne ou de vos ressources longues. Ces titres allient sécurité (émetteur souverain) et qualité (l’Etat). A noter aussi que les OAT offrent à l’investisseur un couple rendement/risque optimal. L’investissement sur les OAT permet de contribuer au financement du budget de l’Etat. Par exemple, l’Etat pourrait utiliser ces ressources pour le financement d’infrastructures publiques (aéroport, autoroute, hôpitaux, écoles…).

Cette émission simultanée du 22 novembre a permis au Burkina de lever 15,39 milliards FCFA, soit un taux de couverture de 104,50%. Les soumissions sont venues du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire et du Sénégal.

NK

 

Filet

Point sur la dette publique

Le Trésor public a, dans son bulletin statistique de la dette du Burkina, paru en octobre 2023, fait le point de la dette publique à fin juin 2023.

A cette date, l’encours de la dette de l’Administration centrale s’est établi à 7.000,41 milliards FCFA, contre 6.736,82 milliards FCFA à fin décembre 2022, soit un accroissement de 3,9%. Il est constitué à 45,1% de dette extérieure et 54,9% de dette intérieure.

La dette extérieure, en s’établissant à 3.154,05 milliards FCFA à fin juin 2023, est en hausse de 4%, comparativement à son niveau à fin décembre 2022. Cette augmentation s’expliquerait par l’effet combiné de la variation des taux de change et des tirages nets. En effet, les tirages nets sur les emprunts extérieurs se chiffrent à +111,55 milliards FCFA au 31 juin 2023.

L’encours de la dette extérieure à fin juin 2023 se décompose comme suit :

89,9% envers les organismes multilatéraux ;

8,5% envers les créanciers bilatéraux ;

1,6% envers les banques commerciales.

La part de la dette extérieure exposée aux fluctuations des devises étrangères (hors euro) est évaluée à 32,3%.

La dette intérieure s’élève à 3.846,35 milliards FCFA à fin juin 2023, contre 3.704,74 milliards FCFA à fin décembre 2022, soit une hausse de 3,8%. En glissement annuel, cette progression est de 15,1%. Elle est constituée à 81,1% de titres publics (Bons et Obligations du Trésor). En effet, au cours des deux premiers trimestres de l’année 2023, 11 émissions d’emprunts obligataires d’un montant global de 413,07 milliards FCFA et 9 émissions de Bons du Trésor d’un montant cumulé de 141,35 milliards de francs CFA ont été réalisées. Sur la base du PIB au 31 décembre 2022, le taux d’endettement est ressorti à 56 % à fin juin 2023. S’agissant du service de la dette, le montant des paiements à fin juin 2023 s’élève à 579,22 milliards FCFA et se répartit entre créanciers extérieurs et intérieurs pour des montants respectifs de 109,31 milliards FCFA (18,9%) et 469,91 milliards FCFA (81,1%). Ce service se décompose en remboursement du principal pour 439,57 milliards FCFA (75,9%) et en paiement d’intérêts pour 139,65 milliards FCFA (24,1%).

A noter que sur le marché régional, les prochaines tombées du Burkina Faso s’élèvent à 1,70 milliard FCFA de service de la dette prévu en décembre 2023.o

Commentaires
RAF
RAF

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page