A la UneRégions

Souveraineté alimentaire: environ 6 millions d’enfants scolarisés sortis de la faim

• Grâce aux cantines scolaires endogènes en 5 ans

• L’Initiative présidentielle veille

• D’autres PTF attendus

Le gouvernement burkinabè s’est engagé à éradiquer la faim en milieu scolaire pour donner à chaque enfant en âge scolaire, la chance de réussir ses études et participer au développement du pays. C’est ainsi que la contribution de la cantine scolaire à l’amélioration de la qualité scolaire a permis à des écoles primaires, tel qu’à Zorgho, Zitenga ou certains quartiers périphériques de Ouagadougou, d’atteindre des taux de succès avoisinant 100%.

La Secrétaire permanente de l’Initiative présidentielle, Dr Alice Gisèle Sidibé/Anago. (Ph. DR)

Cette prouesse est du gouvernement burkinabè, avec l’appui de l’Organisation des Nations-unies pour l’alimentation et l’agriculture, à travers le Secrétariat permanent de l’Initiative présidentielle (SP-IP), qui met en œuvre : « assurer à chaque enfant en âge scolaire, un repas équilibré par jour ». C’est ainsi qu’à la date du 3 décembre 2022, environ 6 millions d’enfants scolarisés sur 9 millions d’enfants en âge scolaire ont bénéficié au moins d’un repas équilibré par jour au Burkina Faso et ce, depuis 2017. Selon le responsable partenariat et communication du SP-IP, Patrice Kaboré, l’IP, en 5 ans de mise en œuvre, a engrangé de nombreux acquis auxquels le pouvoir de transition, conduit par le Capitaine Ibrahim Traoré, entend impulser une nouvelle dynamique.

Des aménagements agricoles et des équipements aux écoles

Il a énuméré, entre autres : l’aménagement de 2.476,1 ha de bas-fonds, l’acquisition de 31.583 tonnes d’engrais NPK et Urée, la mise à la disposition des producteurs de 2.014 unités d’équipements agricoles, la réalisation de 112 jardins nutritifs pour la production du baobab et du moringa, la réalisation de 350 forages neufs, 15 postes d’eau autonomes (PEA) et la réhabilitation de 78 forages dans les écoles. Pour consolider les acquis et permettre aux écoliers de manger des aliments de qualité, propres et sains, 4.000 cantinières ont été formées sur la transformation des produits locaux au profit de la cantine scolaire, 524 femmes ont reçu de la dotation en engrais pour la production agricole, 100 femmes formées sur la technologie de production, de transformation et de conservation. Le choix de soutenir les producteurs et transformateurs locaux est de permettre la création d’emplois et la richesse nationale.

Sur le volet de l’amélioration des cantines scolaires, le gouvernement burkinabè joue sa partition en octroyant chaque année, plus de 18 milliards FCFA aux collectivités territoriales du pays pour l’achat des vivres scolaires. L’Etat veut augmenter cette cagnotte de 30 à 45 milliards FCFA, afin de pouvoir couvrir les besoins alimentaires de toute l’année scolaire. Les PTF (FAO, PAM, Unicef et FIDA) ont mobilisé plus de 4 milliards FCFA et les communautés, plus de 1 milliard FCFA.

Le secteur privé invité à jouer sa partition

Le rapport global à la date du 31 décembre 2022 présente un taux d’exécution physique de 61,57%, contre un taux financier de 53%.  Le coût total est de 489 milliards FCFA, avec une part contributive de 52% de l’Etat burkinabè, soit environ 255 milliards FCFA.  Le taux des partenaires techniques et financiers (PTF), les bailleurs, les ONG, aides et dons et du secteur privé est de 47%. Patrice Kaboré a mentionné que le secteur privé faisait déjà des accompagnements avec des forages, des vivres, des équipements, etc. Pour une appropriation de la mise en œuvre de l’IP, une participation financière de 01% est demandée aux parents et élèves. L’IP va connaître un nouvel essor, grâce au projet Bagrépôle qui facilite sur son périmètre irrigué, la concrétisation de deux autres initiatives présidentielles importantes. La Secrétaire permanente de l’Initiative présidentielle, Dr Alice Gisèle Sidibé/Anago, a évoqué l’initiative présidentielle offensive agro-sylvo-pastorale et l’initiative présidentielle produire 190.000 tonnes de céréales au Burkina Faso.

Bagrépôle, un soutien de taille

Pour elle, Bagrépôle, avec ses plus de 1 milliard de m3 d’eau, possède une grande capacité de maitrise d’eau qui permet au pays d’obtenir des productions à longue durée. La SP-IP a martelé que les deux initiatives présidentielles sus-citées viendraient soutenir l’IP avec de la production agricole conséquente. A travers une immersion de visite sur le périmètre irrigué de Bagrépôle, du 22 au 24 novembre, une vingtaine de journalistes ont visité les exploitations agricoles et des unités agro-industrielles entrant dans le cadre des initiatives présidentielles qui doivent alimenter l’IP.

Crépin SOMDA

Commentaires
RAF
RAF

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page