A la UneEconomie

Journée internationale de l’aviation civile: le message du ministre des transports

 

Nous vous proposons le message du ministre des transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière à l’occasion de la journée internationale de l’aviation civile célébrée le 7 décembre. Cette année, la journée est commémorée sous le thème de : l’innovation au service du développement de l’aviation civile

La communauté aéronautique mondiale célèbre chaque 07 décembre la journée internationale de l’Aviation civile. Instituée par l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), cette journée offre l’opportunité de sensibiliser les pouvoirs publics des 191 Etats membres et les opinions nationales et internationales sur l’importance de l’aviation civile dans le développement socio- économique et culturel d’une nation.

La commémoration de cette journée internationale de l’aviation civile ce jeudi 07 décembre 2023 se tient dans un contexte dominé par l’hydre terroriste au Burkina Faso et dans les Etats du Sahel.

Le thème retenu cette année 2023, à l’instar des quatre dernières années, est : « l’innovation au service du développement de l’aviation civile »

Par ce thème, l’OACI invite ses Etats membres à faire la promotion des innovations et d’en faire une culture pour améliorer de la qualité de nos vies. C’est dans ce registre que s’inscrit l’utilisation et l’exploitation des aéronefs télépilotés, communément appelés drones. En effet, force est de constater que les drones sont utilisés à des fins militaires, sécuritaires (surveillance du territoire, activités militaires), environnementales à travers la production agricole. En sus, les drones interviennent dans l’exploitation des mines, dans le domaine du cadastre et des couvertures médiatiques. Pour une meilleure exploitation, le Gouvernement du Burkina Faso à travers le ministère en charge de l’aviation civile a révisé les dispositions du code de l’aviation civile pour prendre en compte les conditionnalités d’achat des drones de son utilisation et de son exploitation au Burkina Faso. L’arrêté n°2019-0013/MTMUSR/SG/ANAC du 06 mai 2019 est venu préciser les conditions techniques d’exploitation des systèmes d’aéronefs télépilotés civils.

Dans le registre des innovations au service de l’aviation civile figure deux piliers qui fondent l’essence de l’aviation civile. Il s’agit de la sécurité et de la sûreté aériennes.

S’agissant de ces deux piliers, il convient de noter que les enjeux et les défis à relever dans l’industrie du transport aérien sont de plusieurs ordres. En effet, les flux commerciaux au plan mondial croissent à une vitesse exponentielle. Le trafic international annuel de passagers sur les services aériens devrait atteindre six milliards d’ici 2030 par rapport à 3,3 milliards aujourd’hui. Le fret aérien transporté devrait passer de 50 à 125 millions de tonnes. Au regard de cette évolution, la sûreté des services de transport aérien a été revue sous l’égide de l’UEMOA à travers la tenue d’un atelier des audits tests de sûreté du 09 au 13 octobre 2023 à Ouagadougou. La mise en œuvre des conclusions de cet atelier permettra une bonne connectivité pour répondre aux enjeux du moment. En sus, la mise en place d’un cadre de planification sera nécessaire au niveau international, régional et national pour gérer cette croissance dans les normes requises de sécurité, de sûreté et d’efficacité. Dans cet ordre d’idées, l’augmentation exponentielle des flux de passagers et de frets dans le monde nous impose de réduire de manière significative la consommation du carburant par les aéronefs en vue de la protection de l’environnement. L’introduction de nouvelles technologies à travers l’utilisation de carburants alternatifs durables répond à ces enjeux. Le programme « CORSIA » est la référence. Dans le cadre du processus d’expérimentation dudit programme, notre pays a été sélectionné et est à ce stade au volet de renforcement des capacités.

Au Burkina Faso, l’année 2023 a été marquée par une avancée dans la mise en œuvre du Centre des opérations de recherche et sauvetage des aéronefs en détresse (SAR). Il sied de rappeler que Le SAR est caractérisé dans nos Etats africains par le niveau d’activités relativement faible et principalement de l’insuffisance des ressources financières.

Pour sa part, le Gouvernement du Burkina Faso a inséré dans le code de l’aviation civile, les dispositions relatives au financement par le budget de l’Etat les services de recherche et de sauvetage d’aéronefs en détresse. Le financement reçu par l’ANAC a permis la tenue d’une session de formation des coordonnateurs de mission de service de recherche et de sauvetage des aéronefs en détresse au cours du mois d’aout 2023. Cette session a permis de mobiliser les différents acteurs en vue de la recherche des réponses pro actives pour sauver des vies et des aéronefs en détresse à travers l’opérationnalisation du Centre de recherche et de sauvetage des aéronefs en détresse (SAR).

La commémoration de la journée internationale de l’aviation civile m’offre l’agréable devoir de traduire au nom du Gouvernement de la Transition et à mon nom propre, ma sincère reconnaissance et mes encouragements à la grande famille de la communauté aéronautique nationale pour le rayonnement de l’aviation civile au Burkina Faso.

Je l’exhorte à relever les défis à court, moyen et long terme avec le même élan de solidarité, d’entraide et pragmatisme pour des innovations au service du développement de l’aviation civile.

Vive l’OACI !!!

Vive la CAFAC, les AAMAC et l’UEMOA,

Vive l’aviation civile du Burkina Faso pour un transport aérien plus résilient et sécurisé !

Je vous remercie !

Anûuyirtole Roland SOMDA

 

Commentaires
RAF
RAF

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page