Editorial

Edito: Norbert Zongo

13 décembre 1998-13 décembre 2023. 25 ans que le journaliste Norbert Zongo et ses compagnons d’infortune ont été lâchement assassinés, sur la route de Sapouy. Un quart de siècle de quête de justice pour ce martyr de la liberté de presse et d’opinion, et des droits de l’Homme. Ses bourreaux et les commanditaires de ce crime ont voulu faire taire une plume par la solution finale. Celle qui a révélé l’assassinat de David Ouédraogo, chauffeur du petit frère du Président Compaoré. C’était sans compter avec l’aura de Zongo, et la sagacité des défenseurs des droits de l’Homme et des associations de journalistes qui continuent de demander justice sans relâche.

A la lampe, dont la flamme illumine les soirées du centre de presse, qui porte son nom, est venu s’ajouter un buste en bronze qui accueillera désormais les visiteurs. Une salle de conférences y porte son nom de plume Henri Sebgo, et la Cellule Norbert Zongo pour l’investigation en Afrique de l’Ouest y a érigé son siège. Norbert n’est donc pas mort, son œuvre et son nom rayonnent dans les quatre coins du continent. Ses assassins l’ont porté au panthéon des martyrs de la liberté, malgré eux. Eux, rasent les murs depuis 25 ans, hantés par la justice et la vérité. Ce sursis-là est déjà une peine.

Abdoulaye TAO   

Commentaires
RAF
RAF

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page