A la UnePubli-COM

Portefeuille des projets et programmes de la Banque mondiale au Burkina Faso: « La performance des financements est globalement satisfaisante », Dr Aboubakar Nacanabo

• La revue du portefeuille des projets et programmes respectée

• Afin d’adapter les initiatives au contexte de fragilité

• Et de donner une réponse stratégique au déficit social

Les cadres du ministère des Finances étaient bien là pour les échanges

La Banque mondiale et le gouvernement se sont retrouvés, le 19 mai 2023, pour une revue du portefeuille des projets et programmes de la Banque mondiale au Burkina Faso, autour du thème : « La performance du portefeuille dans un contexte de fragilité : quelle approche transformationnelle pour l’atteinte des résultats et un impact à l’échelle ? ». Pour le ministre de l’Economie, des Finances et de la Prospective, Dr Aboubakar Nacanabo, cette thématique revêt une importance particulière, dans la mesure où la lenteur et les lourdeurs tout au long du cycle, de la planification des activités à leur exécution, en passant par les instruments de sauvegarde environnementale et sociale, la passation des marchés et la délivrance des avis de son objet sont autant de difficultés qui réduisent l’impact des interventions.

Le ministre en charge de l’environnement, Augustin Kaboré, a modéré une partie des discussions au cours de la journée

Cette rencontre a été une occasion d’échanger, afin d’identifier les goulots d’étranglement et de s’accorder sur les mesures et les actions à entreprendre, afin de trouver une approche territoriale adaptée et synchronisée pour une exécution des activités dans les zones affectées par l’insécurité.

Le Burkina Faso traverse une période difficile marquée par la recrudescence des crises sécuritaire, alimentaire et humanitaire aggravées par les effets de changements climatiques et le conflit russo-ukrainien. La crise humanitaire à laquelle le pays demeure confronté est caractérisée par un déplacement de plus de deux millions de personnes. A cela s’ajoute la situation alimentaire des ménages qui demeure peu reluisante du fait, entre autres, de l’abandon des terres cultivables à cause de l’insécurité. Près de trois millions cinq cent mille (3.500.000) seront malheureusement touchés par l’insécurité alimentaire pendant cette période de soudure allant de juin à août.

Cette revue conjointe a donc permis aux parties prenantes d’examiner les initiatives pour une approche transformationnelle adaptée au contexte de fragilité, afin d’assurer une exécution efficiente des projets et programmes de la banque dans les zones affectées par l’insécurité. Elle devra aboutir à des propositions de procédures d’exécution des projets et programmes plus flexibles pour obtenir des résultats rapides et à fort impact.

Le portefeuille actuel du Groupe de la Banque mondiale au Burkina Faso, qui a pratiquement doublé en 4 ans, est constitué de 16 projets nationaux et 10 projets régionaux pour une enveloppe financière d’environ 3,1 milliards de dollars.

Malgré la crise sécuritaire au Burkina Faso, la banque poursuit avec succès ses opérations. Selon la Représentante-résidente de la Banque mondiale au Burkina Faso, Maïmouna Mbow Fam, les décaissements nets sont passés de 1,7 milliard de dollars en 2018 à plus de 3 milliards actuellement.

Un portefeuille de 3,4 milliards de dollars

Des accords de financement de trois nouveaux projets et programmes d’une enveloppe financière globale de 460 millions de dollars ont été approuvés par le Conseil d’administration de la banque en mai 2023. Avec les trois nouveaux projets, le portefeuille sera porté à 3,546 milliards de dollars.

« Nous avons bon espoir que notre contribution devrait pouvoir créer les conditions d’une relance économique inclusive pour un développement durable. C’est du reste cette volonté de rester engagée aux côtés du gouvernement et des populations qui a dicté le réengagement rapide de la Banque mondiale en janvier 2023 », a d’ailleurs fait savoir Mbow Fam. Les participants ont eu des échanges francs et constructifs, afin de parvenir à des conclusions pertinentes, notamment, l’adaptation des projets et programmes dans un contexte « changeant et volatile ». Ils ont pu ainsi arrêter une approche territoriale adaptée et synchronisée, et cela engagera tous les acteurs en quête d’une meilleure façon d’opérer.o

Moumouni SIMPORE

 

Encadré

De l’importance des projets et programmes d’investissements structurants

La performance du portefeuille des projets et programmes financés par la Banque mondiale est globalement satisfaisante pour le gouvernement. Le ministre Aboubakar Nacanabo a traduit la reconnaissance du pays à l’institution bancaire pour sa disponibilité et son engagement constant dans la mise en œuvre des projets et programmes de développement pour une transformation structurelle de l’économie et une prospérité partagée au Burkina Faso. Les projets et programmes d’investissements structurants financés par les partenaires constituent une réponse stratégique au déficit social, dans un contexte de fragilisation des conditions socioéconomiques des populations et dans un contexte de forte réduction des espaces budgétaires burkinabè du fait des efforts accrus en direction du secteur de la défense et de la sécurité.

Commentaires
RAF
RAF

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page