A la UneSociété-Culture

Dialogue politique: le MATDS prête le flanc

• Les politiciens en profitent

• Demandent la levée de la suspension des activités

• Il faudra bien discuter un jour

Refondation de l’Etat et réconciliation nationale. Ce chantier de la Transition qui ouvrira, à son terme, une nouvelle République avec une nouvelle Constitution, n’est pas encore ouvert. Mais ces prémices augurent d’une chose : ce ne sera pas simple.

Le 24 mai 2023, le gouvernement de transition, par l’entremise du ministère en charge de l’administration territoriale, en charge de la police des partis politiques, a transmis aux composantes politiques deux drafts. L’un sur le Code électoral et l’autre sur le régime juridique des partis et formations politiques. Le ministère soumet donc aux composantes politiques lesdits documents pour réflexions et amendements, en vue de préparer les prochaines concertations. Aussi, le ministère sollicite une réaction diligente de leur part. 

Les composantes visées sont : l’ex-majorité, l’ex-opposition et les partis politiques non affiliés.

Cette démarche du ministère de l’Administration territoriale marque, en principe, le début du dialogue politique au sein de la Transition. Fini donc l’ostracisation des partis politiques ?  En effet, depuis l’arrivée du MPSR 2, les activités des partis et mouvements politiques ont été suspendues. Même si paradoxalement, leurs représentants à l’Assemblée législative de transition continuent d’officier en votant la loi et en consentant l’impôt.

Mais cette invite de l’administration publique qui est, certes, en contradiction avec la décision de suspension des activités des partis politiques, n’est-elle pas une perche dans l’amorçage du dialogue politique pour la refondation de l’Etat et la réconciliation nationale ? Les partis politiques le savent, mais ils ont préféré botter en touche en revendiquant à l’unisson la levée de la suspension de leurs activités. Et c’est de bonne guerre. Leur argumentaire est simple et logique. Réfléchir et amender ces documents importants avant les concertations annoncées par le ministère de l’Administration territoriale nécessite de convoquer les instances habilitées à l’intérieur de chaque parti et mouvement politique, ainsi qu’entre eux.

La réponse officielle de l’ex-majorité est sans équivoque à ce sujet : « « Le caractère hautement sensible des questions politiques concernées par la réflexion requiert, cependant, un examen approfondi, participatif et inclusif, qui ne peut donc être fait de manière légère et bureaucratique. Malheureusement, en l’état actuel des choses, notre composante est confrontée à l’impossibilité d’organiser les concertations appropriées, en raison de la suspension des activités des partis politiques. Aussi voudrions-nous attirer votre bienveillance sur cette difficulté tout en vous suggérant de vous impliquer fortement, en tant que ministre de tutelle des partis politiques, pour la levée de cette mesure ».

Les autorités de la Transition devraient pouvoir examiner cette requête sur la levée de la suspension des activités des partis politiques ou à tout le moins, leur donner des gages qu’ils peuvent travailler sans crainte d’enfreindre la loi. On sait que ce n’est pas l’amour parfait entre la Transition et cette classe politique.

Et comme en la matière, il n’y a pas de génération spontanée, ils sont tenus de trouver un modus operandi pour examiner ces textes importants qui vont être soumis plus tard à la sanction de l’Assemblée législative de transition. Car, si les concertations sont escamotées au départ, ce sera la porte ouverte aux contestations plus tard.

L’heure est peut-être venue pour tout le monde de jouer balle à terre dans l’intérêt unique du pays, pour asseoir les bases de l’après-Transition.

FW

  Priorités

L

e PASD est l’instrument opérationnel de programmation des priorités d’action de la Transition en cours au Burkina Faso. Il précise les réformes et investissements à mettre en œuvre prioritairement, afin d’opérationnaliser les missions de la Transition, et est articulé autour de quatre piliers, à savoir :

𝙇𝙪𝙩𝙩𝙚𝙧 𝙘𝙤𝙣𝙩𝙧𝙚 𝙡𝙚 𝙩𝙚𝙧𝙧𝙤𝙧𝙞𝙨𝙢𝙚 𝙚𝙩 𝙧𝙚𝙨𝙩𝙖𝙪𝙧𝙚𝙧 𝙡𝙞𝙣𝙩𝙚́𝙜𝙧𝙞𝙩𝙚́ 𝙩𝙚𝙧𝙧𝙞𝙩𝙤𝙧𝙞𝙖𝙡𝙚;

𝙍𝙚́𝙥𝙤𝙣𝙙𝙧𝙚 𝙖̀ 𝙡𝙖 𝙘𝙧𝙞𝙨𝙚 𝙝𝙪𝙢𝙖𝙣𝙞𝙩𝙖𝙞𝙧𝙚.  Leur mise en œuvre réussie garantirait les pourparlers entre les forces vives autour des deux autres piliers que sont :

𝙍𝙚𝙛𝙤𝙣𝙙𝙚𝙧 𝙡𝙀́𝙩𝙖𝙩 𝙚𝙩 𝙖𝙢𝙚́𝙡𝙞𝙤𝙧𝙚𝙧 𝙡𝙖 𝙜𝙤𝙪𝙫𝙚𝙧𝙣𝙖𝙣𝙘𝙚 et œuvrer 𝙖̀ 𝙡𝙖 𝙧𝙚́𝙘𝙤𝙣𝙘𝙞𝙡𝙞𝙖𝙩𝙞𝙤𝙣 𝙣𝙖𝙩𝙞𝙤𝙣𝙖𝙡𝙚 𝙚𝙩 𝙖̀ 𝙡𝙖 𝙘𝙤𝙝𝙚́𝙨𝙞𝙤𝙣 𝙨𝙤𝙘𝙞𝙖𝙡𝙚.

La difficulté ici, c’est de tenir un agenda qui a prévu des élections en juillet 2024, soit dans un an. Mission impossible ? Rien n’est garanti, tant la situation sécuritaire est mouvante. Le plus important, c’est de créer les conditions d’un dialogue national sincère et inclusif qui permettrait aux forces vives, à l’unisson, de redéfinir un nouvel agenda en fonction de la situation sécuritaire.

Commentaires
RAF
RAF

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page