A la UneSociété-Culture

«Sol fertile»: afin qu’aucune terre agricole ne reste dégradée !

• Un engrais naturel local sans apport chimique et adapté aux sols.

• 1 à 2 tonnes pour fertiliser un hectare

• Baisse de 40% du coût réel pour soutenir les producteurs

Pour Samuel Zango, l’agriculture est une entreprise qui requiert des investissements conséquents, et les engrais organiques sont des boosters naturels qui apportent tout ce dont vos plantes ont besoin de façon tout à fait naturelle. (Ph: Yvan SAMA)

Joindre l’utile à l’agréable. Ainsi pourrait se résumer le processus ayant abouti à la production de l’engrais « Sol fertile ».  Ingénieur métallique, Samuel Zango, à travers sa structure « Atelier de réalisation des ouvrages métalliques et hydrauliques », AROM-H, réalisait des travaux au profit des acteurs du monde agricole. Mais il constatait avec amertume que ces ouvrages, notamment, les machines agricoles, les châteaux d’eau, malgré leur qualité, ne permettaient pas d’atteindre les résultats escomptés, à cause d’un facteur qu’il ne maîtrisait pas encore : la pauvreté des sols.

« On s’est rendu compte que tous les producteurs se plaignent de la baisse de la productivité au niveau quantité et qualité.

En outre, les chiffres de la FAO indiquaient que 8 à 9 millions d’hectares de terre étaient dégradés et il fallait forcément les régénérer. On s’est alors posé la question de trouver une solution pour régénérer les terres dégradées au Burkina Faso », se souvient-il. En 2013, il commence les recherches et décide alors de s’investir dans le bio, en connaissance de cause. « Les engrais organiques fertilisent le sol et nourrissent la plante, à la différence des engrais chimiques dont l’objectif est de nourrir uniquement la plante, et le mauvais dosage entraine un appauvrissement accéléré du sol », explique-t-il.

En plus de l’amélioration de la production agricole, cette unité de production d’engrais est pourvoyeuse d’emplois pour de nombreuses femmes. (Ph: Yvan SAMA)

Les déjections animales, les résidus agricoles, du Burkina Phosphate et de la dolomie constituent alors les matières premières. Une année plus tard, le premier produit voit le jour et obtient la certification de l’Institut national de l’environnement et de la recherche agricole (INERA), à la suite du contrôle de biofertilisant de la Direction générale de la protection végétale pour l’engrais et du laboratoire d’analyse du Bureau national des sols (BUNASOL) pour la composition chimique.

L’engrais labélisé « Sol fertile » est un produit organique complet, naturel, fabriqué localement, sans apport de produits chimiques et adapté aux sols.

Il est caractérisé par quatre principales propriétés : la nutrition des cultures, la matière organique, la teneur en magnésium et l’acidité des sols. Sol fertile assure une fourniture aux cultures de manière lente mais prolongée, des éléments fertilisants (NPK) pour une croissance équilibrée et des rendements plus élevés. Il apporte un stock de 15% de matière organique d’origine végétale qui reconstituera à chaque application du produit, une réserve d’humus stable dans le sol pour améliorer sa fertilité.

Sa teneur en magnésium garantit les besoins des cultures en magnésium (20kg de MgO/Tonne du produit) pour plus de couleur verte tout en stimulant les échanges sol-plante.

L’acidité du sol est également améliorée grâce à sa richesse en chaux (40kg de CaO/Tonne du produit). Les engrais organiques sont des boosters naturels pour tous les végétaux, qui ne brûlent pas les racines, ne contaminent pas la terre et sont issus de matières organiques recyclées. À action très rapide ou un peu plus lente, ils apportent tout ce dont les plantes ont besoin de façon tout à fait naturelle. Il faut entre 1 et 2 tonnes  d’engrais « Sol fertile » pour fertiliser un hectare.

Moumouni SIMPORE

Encadré

Une production annuelle de plus de 10.000 tonnes

A l’ouverture de l’unité, le promoteur s’est tourné vers l’Etat et les différents projets dans le domaine agricole, pour disséminer son engrais, mais il a vite déchanté. « Nous avons changé notre propre approche qui a consisté à donner aux producteurs de l’engrais pour tester, d’une part, et d’autre part, nous avons aussi mis en place des sites de démonstration ; et le tout est soutenu par une campagne radiophonique de proximité. L’objectif était de faire tomber le masque de l’ignorance, car de nombreux producteurs ne savent pas qu’il faut apporter des fertilisants au sol », explique Samuel Zango. Cette démarche porte ses fruits, car tous les clients actuels de AROM-H sont des producteurs locaux.

L’unité de production a une capacité actuelle de 20 à 30 tonnes par jour, soient 10.950 tonnes l’an depuis 2020, utilisant 92 employés, dont 75 femmes. Le sac de 50KG, initialement vendu à 12.500 FCFA, est cédé à 7.500 FCFA, à l’entrée de la campagne agricole, pour permettre aux producteurs d’en profiter au maximum. Sol fertile peut être conditionné dans des contenants de 1 kg, 2 kg et 5 kg à la demande.

En plus d’augmenter la capacité de production de l’unité de Ouagadougou, Samuel Zango envisage l’installation d’une unité dans la ville de Bobo-Dioulasso.

Commentaires
RAF
RAF

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page