A la UnePubli-COM

Journée du fournisseur minier 2023: ce sera du 6 au 7 décembre, à Ouagadougou

• Des innovations au rendez-vous

• Aller au-delà d’une fourniture locale de seulement 15%

• Favoriser un développement local

Quels enjeux et quels défis de la gouvernance du contenu local dans le secteur minier burkinabè ? Les 6 et 7 décembre prochains, il s’agira de trouver des réponses à ces questionnements, à l’occasion de la 4e édition de la Journée du fournisseur minier qui se tiendra à la Salle des fêtes de Ouaga 2000. C’est d’ailleurs ces problématiques qui constituent le thème de cette 4e édition dont le lancement est intervenu le samedi 18 novembre 2023, à Ouagadougou, à travers une conférence de presse animée par les responsables de l’Alliance des fournisseurs burkinabè des biens et services miniers (ABSM), structure organisatrice de l’évènement.

Pour les organisateurs de la JFM, cet évènement se veut un « cadre d’échanges, de partage d’expériences et de renforcement de collaboration entre sociétés minières et opérateurs économiques nationaux » et devrait réunir des milliers de participants composés d’experts, d’investisseurs, de chercheurs et de visiteurs d’horizons divers. Des sous-thèmes qui seront développés par des experts devraient permettre d’appréhender la question du contenu local et de dégager des pistes de solutions pour faciliter l’application des textes y relatifs.

En faisant du contenu local le thème central de cette 4e édition, l’ABSM touche à ce qui peut être considéré comme le nœud gordien de l’industrie minière burkinabè. Car, ce n’est pas seulement des études qui le montrent, le Burkina se retrouve parmi ces nombreux États dotés d’abondantes ressources naturelles mais connaissant généralement des difficultés à transformer cette abondance en opportunité de développement au profit de leurs populations. « Ce phénomène qualifié de “malédiction des ressources naturelles” dans la littérature économique se traduit par l’incapacité de l’industrie minière à offrir une fenêtre d’opportunités pour les acteurs de développement des pays détenteurs de ressources. Comme pour confirmer cette règle dans notre pays, nous notons que l’impact du secteur minier sur les autres secteurs de l’économie est encore en deçà de nos attentes», déplore Augustin Coulibaly.

Et le Secrétaire général de l’ABSM de rappeler cette étude de la Chambre des mines du Burkina Faso et du ministère de tutelle, conduite en 2018, sur les fournitures locales aux sociétés minières, qui révélait que les entreprises burkinabè avaient livré des biens et services aux sociétés minières d’une valeur totale de 70,9 milliards FCFA, en 2016. « Ce chiffre représente seulement 15,5% des commandes pour l’approvisionnement des sociétés minières », souligne Augustin Coulibaly. En organisant des JFM, l’idée est donc de « faire en sorte que les fournisseurs nationaux aient plus de parts de marché dans les sociétés minières », pour reprendre les propos du président de l’ABSM, Yves Zongo. C’est d’ailleurs dans cette perspective que l’Alliance a contribué à l’élaboration de la stratégie nationale du contenu local, ce document adopté en 2021 et perçu comme important pour le développement de la fourniture locale.

En dehors d’une sensibilisation sur les textes du contenu local, la JFM devrait permettre aux participants de saisir les opportunités d’affaires dans les mines, d’explorer les pistes de solutions de financement et de favoriser la mise en relation entre acheteurs et fournisseurs miniers. De façon spécifique, il s’agira non seulement de faire l’état des lieux de la mise en œuvre du contenu local dans le secteur minier, après l’adoption des textes ; présenter les défis et difficultés rencontrées de part et d’autre par les sociétés minières et les fournisseurs dans la fourniture des biens et services, mais de présenter les besoins et les niches en matière de fourniture, de faire connaître les produits de financements disponibles et adaptés pour les fournisseurs nationaux, etc.

2023 est une édition d’innovation pour les organisateurs de la JFM. Selon les conférenciers, l’innovation majeure est l’organisation d’une rencontre avec des étudiants sur les activités connexes dans les mines. Mais il y aura aussi des remises de prix à la mine modèle en matière de consommation locale de biens et services, à la meilleure banque en termes d’accompagnement et de produits adaptés et à deux champions nationaux en matière de fourniture de biens et de services.o

Béranger KABRE (Collaborateur)

 

Encadré

Booster un secteur contributeur à l’économie nationale

En développant la fourniture locale, les JFM, à long terme, devraient impacter le développement d’un secteur affecté par la crise sécuritaire mais qui reste un important contributeur à l’économie burkinabè. Avec 13 mines d’or dont quatre en arrêt, et une mine de zinc, pour une production totale de 57,645 tonnes d’or et de 46 ,789 tonnes de zinc à la date du 31 décembre 2022, le Burkina Faso a enregistré à cette date, un apport en recettes au budget de l’Etat de 540,984 milliards FCFA, contre 430,916 milliards FCFA en 2021. Soit une augmentation de 110,068 (25,54%) milliards FCFA en valeur absolue. Les recettes d’exportation liées au secteur minier, elles, sont passées de 2 806,1 milliards de francs CFA en 2021 à 2 841,9 milliards de francs CFA en 2022, soit une augmentation de 35,8 milliards FCFA.o

Commentaires
RAF
RAF

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page