A la UneRégions

Accès des pays du Sahel à l’Atlantique : vers une concrétisation de l’Initiative royale marocaine

  • Suite à une annonce lors du 48e anniversaire de la Marche verte
  • Pour minimiser le poids de l’enclavement des pays du Sahel
  • Le prolongement d’efforts du Maroc pour une coopération sud-sud

Alors que les pays du Sahel sont confrontés, et cela depuis plusieurs années, au terrorisme qui entrave leur développement socioéconomique, une bouffée d’oxygène s’annonce depuis les rives de l’Atlantique, plus précisément du Maroc. Début novembre, à l’occasion du 48e anniversaire de la Marche verte, le souverain du Royaume chérifien, le Roi Mohamed VI avait, en effet, annoncé une Initiative internationale pour favoriser l’accès de ces Pays du Sahel à l’Océan atlantique.

« Pour résoudre les difficultés et les problèmes auxquels se trouvent confrontés les Etats frères du Sahel, la solution ne peut être exclusivement sécuritaire ou militaire, mais elle doit se fonder sur une approche de coopération et de développement commun », déclarait le Roi du Maroc dans un discours. De façon concrète, l’initiative  royale devrait permettre aux pays sahéliens de briser les chaînes de leur enclavement en accédant aux infrastructures routières et portuaires du Royaume.

Plus qu’une promesse, l’initiative royale marocaine est sur la voie de la concrétisation moins de deux mois après son annonce. La preuve : samedi 23 décembre dernier, une Réunion ministérielle de sa coordination s’est tenue à Marrakech avec la participation du Mali, du Niger, du Burkina Faso et du Tchad, représentés par leurs chefs de diplomatie respectifs. A Marrakech, les bases d’une coopération plus accrue entre le Royaume chérifien et le Sahelistan sont ainsi jetées.

L’initiative royale se veut le prolongement d’efforts déployés par le Royaume du Maroc pour une Afrique en mesure de relever les défis auxquels elle est confrontée. Et cela, dans le cadre d’une coopération sud-sud dans des domaines diversifiés. Au sujet de la solidarité agissante du Maroc, les exemples d’un engagement fructueux du Royaume ne  manquent pas.

Parmi ces exemples, on  peut citer la mise place de la Fondation Mohammed VI pour le développement durable, qui mène des missions humanitaires sur le continent africain. Au Burkina Faso, on se souvient de cette solidarité marocaine pour avoir reçu du Royaume chérifien plusieurs tonnes d’aide humanitaire (denrées alimentaires, médicaments, couvertures, tentes, etc…) suite à des inondations ayant dévasté la capitale burkinabè en septembre 2016.

Dans le domaine de la formation des cadres, aussi bien au niveau universitaire que technique et professionnel, la coopération entre le Maroc et les pays du Sahel, vieille de plusieurs années, a produit des résultats. En effet, de nombreux étudiants originaires du Sahel poursuivent leurs études avec bourse dans des établissements publics d’enseignement supérieur marocains. Au titre de l’année 2022-2023, un peu plus de 2000 étudiants du Mali, du Niger, du Burkina Faso et du Tchad poursuivent leurs études dans des universités marocaines.

Bien d’autres secteurs comme  l’agriculture,  l’hydraulique, l’environnement, la santé, le développement rural, l’artisanat, le tourisme, les infrastructures, etc., ne sont pas en reste. Dans ces différents domaines, le Maroc apporte son assistance technique aux pays africains en général et ceux du Sahel en particulier. Cette coopération se traduit concrètement par l’envoi d’experts marocains sur le terrain et l’accueil de techniciens et experts africains au Maroc.

Béranger Kabré (Collaborateur)

Encadré : Une initiative bien accueillie

Des propos du ministre burkinabè des Affaires étrangères à l’occasion de la Réunion ministérielle illustrent combien l’initiative royale pour le Sahel est bien accueillie par les pays concernés. « Cette initiative est une alternative qui s’articule parfaitement à l’ambition des Etats du Sahel de valoriser leurs énormes potentialités en minimisant le poids de l’enclavement à travers une politique d’intégration infrastructurelle efficace et porteuse de croissance », a en effet affirmé Karamoko Jean-Marie Traoré. Et de saluer l’offre faite par Sa Majesté le Roi Mohamed VI aux pays du Sahel qui, au-delà d’être l’expression d’une solidarité agissante, constitue, selon lui, un levier de transformation des économies des pays sahéliens et de leur intégration dans l’économie mondiale.

Commentaires
RAF
RAF

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page