A la UneCan 2023

CAN 2024: Nahoua, la bonne samaritaine des supporters des Etalons

  • Elle propose gite et couvert avant même d’être sollicitée
  • Le contenu de son frigo sert de diner à ses hôtes
  • Sa nuit se passe au milieu des casseroles pour offrir le petit déjeuner

Si la côte d’ivoire est un « pays de l’hospitalité », Nahoua  Koné en est l’incarnation parfaite. Cette assistante comptable de la fonction publique de Bouaké s’est pliée à quatre pour recevoir des hôtes qui pourtant, ne lui étaient pas destinés. « J’aime étranger oh ! Dès que j’ai vu les gens, j’étais contente », se justifie-t-elle.  Cette joie de l’étranger a même amené cette dame de 44 ans à sortir le grand jeu . Et pour cause !

Un convoi de car pleins de Burkinabè a quitté Ouagadougou le dimanche 14 janvier 2024 pour suivre le match Burkina Faso-Mauritanie, prévu 48h plus tard en terre ivoirienne.  La destination finale de ce convoi était le collège privé Tussuany dans le quartier municipal de Bouaké. Ce collège est à un jet de pierre de la cour où vivent Nahoua, ses deux cousines et ses trois nièces.  Sa maisonnée, comme tout le voisinage,  est sorti observer près de mille (1 000) personnes descendant de la dizaine de cars qui constituaient la délégation convoi, en début de soirée du lundi 15 janvier. La première sollicitation est vite venue : une bouilloire plein d’eau, les toilettes et un tapis pour la prière. Très rapidement, elle met en branle ses règles de l’hospitalité. Quatre (04) jeunes filles sont les premières et heureuses bénéficiaires. Pendant que le gros de la délégation cherchait encore un coin pour dormir, elles, profitaient d’un bain chaud et de la bonne nourriture auprès de Nahoua.  Des hommes s’invitent aussi dans la cour. Le contenu du frigo est vidé. Mais le problème n’est pas résolu. La bonne dame se déleste alors du haricot qui devait lui servir de diner pour satisfaire ses visiteurs imprévus.  Et elle ne s’arrête pas là.

« Quand j’ai vu que les gens cherchaient à manger la nuit, je me suis dit que le lendemain matin le besoin sera plus grand. Avec le peu d’argent que j’avais, je suis allé chercher un sac de riz à la boutique. J’ai réveillé une dame à 22h pour prendre du poisson mais comme elle n’en avait plus beaucoup, j’ai donc pris trois plaquettes d’œufs ajouter. J’ai utilisé les condiments de ma maison et toute la nuit je l’ai passé dans la cuisine. A 7h, le repas était prêt et les gens ont pu manger avant de partir au stade». C’est ainsi qu’elle a veillé pour résoudre une équation : trouver à manger pour ces Burkinabè venus supporter leur équipe nationale.  Le plat est servi à 500 F CFA mais en réalité cette somme est juste une contribution pour remplacer la somme investie. « Quand quelqu’un vient je le sers et s’il n’est pas rassasié je le sers encore sans prendre de l’argent », affirme-t-elle. Plus de 150 plats ont été servis. La quantité et la qualité du repas séduisent les bénéficiaires. Face à ce met, le ¼ de pain + un thé à 1 000 F CFA dans le kiosque d’à côté ne fait pas le match. Ceux qui gagnent se frottent les mains et ceux qui sont venus en retard, essuient leurs larmes.

Durant la journée du mardi 16 janvier, la cour de Mahoua ne désemplit pas. Les toilettes sont constamment utilisées.  Les prises électriques sont sollicitées pour recharger les portables. Ceux qui ont prévu repartir après le match font des commandes  de bananes plantains, d’atiéké… Dans la soirée, la file reste longue pour la douche. Certains venus traduire leurs reconnaissances à leur bienfaitrice,  ont voulu se rassurer de sa disponibilité pour la suite du séjour. Mais celle-ci est catégorique : « C’est bon oh ! Comme les autres sont au courant de vous, ils vont vous mettre dans leur programme maintenant. Moi, je vais  au travail ».Tiendra-t-elle le coup? Pas si sûr. Du moins, c’est la foi de ceux qui ont bénéficié de ses largesses. Après tout, ne sont-ils pas sur la <<terre de l’espérance>>?

 

Moumouni Simporé

Commentaires
RAF
RAF

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page